Un projet Labex Arts-H2H
 
en /fr
Les Arts trompeurs
Machines, Magie, Médias

Le fonds d'archives de l'IMEB
Traitement et valorisation

Par Azadeh Nilchiani
L’IMEB et son fonds d’archives 

 

L’Institut International de Musique Électroacoustique / Bourges a été créé en 1970, sous l’appellation GMEB jusqu'en 1994, par les compositeurs Françoise Barrière et Christian Clozier qui en ont assuré la direction.
Il fut labellisé par le Ministère "Centre National de Création Musicale" en 1997. L'Association, régie par la Loi 1901, reçut ses subventions du Ministère de la Culture, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, de la Ville de Bourges, du Conseil Régional du Centre, du Conseil Général du Cher, toutes ensembles ou séparément selon les années ainsi que par la SACEM.. 

Avec l'ensemble de ses activités situées à un niveau international, Création, Recherche, Diffusion, Formation/Enseignement, Editions bibliographiques et phonographiques, Archivage/Etude et Pérennité des musiques électroacoustiques, l’Institut de Bourges a été au fil de 40 années l'un des principaux Centres de création musicale et sa notoriété est largement reconnue internationalement. 

L’IMEB est devenu, grâce à l’action de ses directeurs, l’un des studios de musique électroacoustique les plus actifs du monde, et sans aucun doute le plus prestigieux sur le plan international. On lui doit en particulier un festival annuel Synthèse, reflet depuis 1971 d’une grande partie de sa création électroacoustique mondiale, un concours de composition, sous des formes plusieurs fois renouvelées depuis son lancement en 1973, et plus récemment un concours de logiciels musicaux (1991) ; l’ éventail esthétique et l’ impact international de toutes ces manifestations ont contribué à la notoriété de l’Institut, qui se pose ainsi en témoin privilégié, sinon fédérateur, du mouvement musical électroacoustique mondial. 

« L’Institut est également un lieu de production très spécifique, organisé autour de plusieurs studios caractérisés par l’originalité et l’organisation des différents outils de composition qu’ils proposent. Il a notamment réalisé des prototypes expérimentaux de contrôle, de mise en espace ou de synthèse analogique et numérique. Des compositeurs de provenance très diverse y ont réalisé plus de 750 œuvres en 25 années, dont une partie est éditée en collection de disques. Ces œuvres forment avec les envois de tous styles reçus à l’occasion des concours ou de nombreux échanges radiophoniques internationaux, une exceptionnelle collection d’archives, auxquelles s’ajoutent de nombreux documents bibliographiques, photographiques, vidéographiques et des enregistrements. 

Pour les concerts, un système original de diffusion a été réalisé sous plusieurs versions, dont la dernière entièrement numérique, le Gmebaphone, caractérisé initialement par une distribution spectrale fractionnée du signal sonore sur un grand ensemble de haut- parleurs, et contrôlé à l’aide d’une console de diffusion. 

L’Institut a par ailleurs développé une activité pédagogique originale à destination des jeunes enfants : le « Gmebogosse », imaginé par Christian Clozier, est notamment fondé sur l’emploi de lecteurs-enregistreurs de cassettes.
Financé par le ministère de la Culture et les collectivités locales, l’Institut est depuis 1996 reconnu Centre national de création musicale. Parmi les compositeurs et chercheurs travaillant à l’I.M.E.B., on peut citer principalement, outre ses deux fondateurs animateurs, Alain Savouret, Pierre Boeswillwald et Horacio Vaggione (France), José-Manuel Berenguer (Espagne), Yves Daoust (Canada), Georg Katzer (Allemagne), Sten Hanson (Suède), Gerald Bennett (Suisse), tous membres du Collège des compositeurs de l’Institut, ainsi que, pour les réalisations techniques, Jean-Claude Le Duc ». 

 

Les recherches sur le fonds L’IMEB, le traitement et la valorisation (septembre-décembre 2015)

 

Le projet de recherche sur le fonds IMEB à été commencé par Caroline Renouard (contrat d’ingénieur de recherche février-juin 2015) sous la direction scientifique de Geneviève Mathon en collaboration avec les membres de l’équipe de recherche sur le fonds l’IMEBet celle précieuse de Catherine Vallet Collot (chef du service conservation au département de la musique BnF). 


Ci-dessus une description des activités dans l’ordre chronologique : 

 

Fin juin-début juillet-fin août 

Prise de connaissance et familiarisation avec le projet de recherche et les outils de travail sur plusieurs jours particulièrement grâce à Caroline Renouard (pour les étapes à suivre et les axes à développer, aussi à travers des réunions avec les chercheurs : Geneviève Mathon, Martin Laliberté, Caroline Renouard, Sylvain Samson, Florent di Bartolo et Grégoire Tosser). 

 

Début septembre 

Les partitions de la musique mixtes ont été prises comme angle d’attaque sur le fonds IMEB, en raison de la disponibilité de cette partie de fonds IMEB au département de la musique de la BnF et leurs intérêts en rapport avec le projet des arts trompeurs. 

La grille d’inventaire des partitions de musiques mixtes, créée par Caroline Renouard et finalisée avec Audrey Viault (chargée du traitement documentaire, direction des collections du département de l’audiovisuel – BnF), a été repris par l’IGE Azadeh Nilchiani. 

« Lors du transfert des partitions en 2011, le département de la musique a procédé à un premier tri de toutes les partitions, par ordre alphabétique et par format. L’inventaire actuel se fait donc par ordre de cotation des partitions, et non par phonothèque. Cependant, un travail de recherche sur chaque partition, dans les listes fournies par Barrière et Clozier, permet bien souvent de resituer la phonothèque d’origine, et donc de ré- établir les origines de la partition. 

- 992 partitions de musiques mixtes correspondent aux musiques « extérieures » (non enregistrées dans les studios de l’IMEB), répertoriées dans les phonothèques A2, A3-1 et A3-2, A4. 

- 57 partitions de musiques mixtes correspondent aux musiques enregistrées dans les studios de Bourges, répertoriées en A1. 

- 150 partitions de musiques mixtes correspondent aux musiques de la phonothèque B (correspondant aux musiques qui n’ont pas été numérisées pour consultation à la BnF). 

Un nombre indéterminé de partitions musicales se présente dans la catégorie non répertoriée : la liste de Barrière indique 102 partitions, mais en l’état, elles sont beaucoup plus nombreuses. Ce ne sont pas toujours des partitions de musiques mixtes : il peut s’agir ici de partitions de musiques exclusivement électroacoustiques (schémas, suivis) ou exclusivement instrumentales. 

Toutes les partitions issues des phonothèques A2, A3-1 et A3-2, A4 et certaines issues des listes B et non répertoriées ont été anonymisées (généralement issues des concours), rendant parfois très difficile l’identification des œuvres. Des recherches complémentaires extérieures sont donc bien souvent nécessaires à l’inventaire de chacune des partitions. » 

 

L’inventaire des partitions de musiques mixtes 

 

L’inventaireet la cotation des partitions de musiques mixtes, démarrés par Caroline Renouard, ont été complétés par le catalogage interne des partitions à partir de juin 2015 par Fabienne Fantola (département de la musique), qui a poursuivi la cotation et entamé le catalogage de l’ensemble des partitions. Le catalogage et la cotation a été terminé par Fabienne Fantola au mois de Janvier 2016. 

L’inventaire des partitions a été poursuivi par Azadeh Nilchiani dès le mois de septembre 2015. 

La réadaptation du tableau au besoin des chercheurs et la mise en place des colonnes « Studio de composition » et « Mots clés »complétées à partir des capsulesont été nécessaires afin d’affiner le travail de recherche sur la spécificité des musiques. 

 

A partir de 21 septembre

- Modification du tableau d’inventaire et intégration des colonnes nouvelles : Arts trompeurs, Dispositif et Écriture contenant les mots clés : Magie, Illusion, Studio d’origine, Partition (de réalisation, d’écoute, ...), etc. 

- Suite du travail sur les partitions de la musique mixte poursuivi sous la direction scientifique de Geneviève Mathon. Étude des partitions de musique mixte à l’aide des capsules accessibles au département de la musique. 

 

Étude spécifique sur les concours et les œuvres primées
(suite du travail de Caroline Renouard avec Geneviève Mathon et Florent Di Bartolo) 

 

Etude spécifique sur les concours et les œuvres primées sont liées au projet : Les Arts trompeurs du Labex Arts-H2H pour Le colloque international de Cerisy : Machines. Magie. Médias, août 2016, Cerisy-la-Salle 

Recherches dans les boîtes d’archives (situées au magasin 4 de département de la musique de BnF) afin d’établir le corpus de travail autour des concours de l’IMEB et les œuvres primées notamment pour les recherches suivantes: 

- Geneviève Mathon, Sylvain Samson et Grégoire Tosser
Transformation de l'écoute et mutation technologique : l'esthétique de l'IMEB 

- Florent Di Bartolo
Le Projet de visualisation des données sur le fonds l’IMEB : Création d’
application informatique composée de plusieurs visualisations de données. 

 

L’étude spécifique des dispositifs et les instruments de diffusion-interprétation de la musique électroacoustique au sein de l’IMEB 

 

Une étude plus approfondie sur les dispositifs de mise en espace, les instruments de diffusion-interprétation de la musique électroacoustique et les traces des développements technologiques des appareils de diffusion du son et leurs évolutions à la fois au sein de l’IMEB - du Gmebaphone 1( Juin 1973) au Cybernéphone 7 ( Juin 2005) - est en cours par l’IGE, ainsi qu’une étude sur les dispositifs mobile de diffusion du son, mais aussi sur les schémas de spatialisation indiqués dans certaines partitions, par les compositeurs participants aux concours, au festival Synthèse et aux résidences à l’IMEB. 

Cela va permettre d’approfondir les axes de recherche de projet : Les arts trompeurs pour le colloque international de Cerisy : Machines. Magie. Médias, août 2016, Cerisy-la-Salle, notamment en ce qui concerne: 

- Le mode magique 

- Les technologies et réception 

 

Projets en cours : 15 février, 15 mai (à 80% 2016) 

 

(renouvellement de contrat d’IGE d’Azadeh Nilchiani : 3 mois 15 Février - 15 Mai à 80% 2016) 

Le renouvellement de contrat IGE permettra d’explorer la partie du fonds IMEB conservé au département d’audiovisuel de la BnF. Le chantier va démarrer dès le 1e mars au DAV de la BnF.

Remarque: Le manque de visibilité du contenu du fonds d’archives de l’IMEB conservé au département de l'Audiovisuel est un vrai obstacle pour les projets de recherches liés. La structure du fonds et l’avancement du traitement par la BnF (sons/musiques, photo, vidéo, multimédia et papier) demanderaient une clarification. 

 

Les axes prioritaires de travail sur le site de DAV seront : 

Pour l’équipe de recherche IMEB, Les Arts Trompeurs : les photos numérisées, les archives sonores et visuelles (audiovisuelles) qui sont constituées de : bandes, K7, DAT ou CD d’enregistrement d’interviews, symposiums, colloques, émissions radiophoniques françaises et étrangères sur l’IMEB émissions, conférences, sons des jeux pédagogiques et des réalisations sonores et musicales Gmebogosse et les photos numérisées et légendées sur disques durs.

Pour le département de l’Audiovisuel:
L'inventaire des cartons de bandes magnétiques et partitions qui sont en magasin. 


Le prêt
de matériel :
Un exemplaire de Gmebogosse par l’académie d’Orléans à CCAMAN/ LISAA / UPEM 


Ce prêt de matériel (fruit des recherches et les efforts de Sylvain Samson en particulier) en cours d’acheminement fait suite aux plusieurs rencontres organisées par Sylvain Samson avec Yves Coffy
et Evelyne Lieu.
Le projet de remettre en état de marche et l’étude de cet instrument feront l’objet de communications en particulier pour le colloque international à Cerisy-la-Salle, en août 2016.

 

Projets d’avenir, 2016 

 

Projet de journée d’étude BnF visant à valoriser les travaux de recherche financés par le LABEX H2H. (mai, juin2016).


Participation en mai-juin (mardi à définir) à l’atelier "nouvelles fabriques de la connaissance" à Paris 8 pour présenter à la communauté du Labex le fonds IMEB dans sa relation et ses enjeux avec la triple thématique des Arts Trompeurs, machines, magie, media. 

Préparation au colloque international de Cerisy : Machines. Magie. Médias, août 2016, Cerisy-la-Salle.

Ajouter un commentaire

Un projet Labex Arts-H2H